24
Oct

Le parquet flottant est un revêtement de sol à un prix avantageux et facile à poser. Ci-dessous tout ce qu’il y a à savoir sur ce revêtement et les différentes étapes à suivre pour le poser. 

 

Quels sont les différents types de parquet ? 

Il existe différents types de parquet sur le marché, les tarifs commencent à 5 € le m² dans les magasins de bricolage. Mais à ce prix-là, le rendu est assez médiocre, de mauvaise qualité et difficile à poser pour la plupart. Il vaut mieux opter pour un parquet stratifié professionnel qui a un prix moyen de 16 à 20€/m², tandis que le contre-collé coûte dans les 40€ et le massif va de 90 à 160€ le m².  

Le parquet stratifié 


Le parquet stratifié est une sorte de revêtement mais qui a la particularité de ne pas être constitué d’une couche de bois. Il est constitué par plusieurs couches dont un support aggloméré qui accueille un papier décor qui imite le bois. L’ensemble est recouvert d’une résine protectrice faisant office de couche d’usure. On peut retrouver sur le commerce des revêtements stratifiés qui imitent le bois naturel à la perfection en reproduisant la texture et les reliefs. En général, leur largeur dépasse les 20 cm et ils ont une faible épaisseur. Comparé au parquet contre collé et au parquet massif, le parquet stratifié est moins cher en plus d’être facile à installer. Il est d’ailleurs largement utilisé et on le retrouve souvent dans les chambres mais aussi de plus en plus dans les pièces à vivre. Comparé au carrelage, le parquet stratifié est moins froid, n’a pas besoin de temps de séchage et ne nécessite que peu de matériel pour la pose, il suffit d’un mètre crayon, une équerre et une scie sauteuse.  

Le parquet contre collé  


Le parquet contre collé ou flottant est composé de trois couches, dont celle située au-dessus est généralement en bois noble et constitue la couche d’usure tandis que celle du milieu sert de support à la couche de parement et est souvent constitué de pin ou de bouleau. La couche de contre balancement sert à assurer que l’ensemble soit stable. Le parquet contre collé a l’avantage de ne pas craquer sous les pas. Les lames mesurent 14 à 23 mm d’épaisseur et peuvent être posées par clouage ou collage (obligatoire si le chauffage doit être installé par le sol). Quand les lames font de 8 à 10 mm d’épaisseur, il faut recourir à la pose flottante, autrement dit, elles doivent être clipsées ou collées entre elles. A noter que le sol flottant peut être verni, ciré ou peint.  

Le parquet massif 


Le parquet massif est un revêtement de sol très utilisé dans les maisons anciennes et qui est très apprécié pour son élégance et sa solidité. En effet, il a une durée de vie qui dépasse les 100 ans s’il est correctement entretenu et il est disponible en plusieurs essences de bois. Il est recommandé de choisir un revêtement en bois exotique imputrescible comme le teck s’il doit être installé dans une pièce d’eau. Les lames du parquet massif ont une longueur qui varie de 3 à 6 m pour une largeur de 50 à 70 mm et une épaisseur de 23 mm. Il est possible de les clouer sur les lambourdes ou collées en fonction de vos préférences. Ce type de sol peut être huilé, ciré ou vitrifié 

 

De quoi aurez-vous besoin pour poser le parquet flottant ? 

Voici la liste de tout le matériel qu’il faut pour poser un parquet flottant : 

Les matériaux 

  • En cas de chape ou de sol chauffant, il faudra prévoir une sous-couche adaptée
  • Une sous-couche de parquet adaptée au support. Il faut qu’elle soit assez épaisse pour compenser les irrégularités du sol et offrir une isolation acoustique et thermique.  
  • Du parquet flottant adapté à la pièce et à l’usage (classement UPEC). Il est nécessaire de prévoir une marge de 10% pour compenser la perte occasionnée par les coupes et les éventuelles lames abimées. 
Les accessoires de finition, notamment les plinthes et les barres de seuils en fonction de la configuration de la pièce qui doit accueillir le parquet.  Les barres de seuils sont adhésives ou peuvent être fixées tandis que les plinthes sont à coller ou à clipser. 

Les outils spécifiques à la pose du parquet flottant

  • Cale de frappe pour éviter que le parquet ne soit éraflé au cours de la pose

  • Maillet pour taper sur la cale de frappe  

  • Tire-lame pour permettre aux lames de s’emboîter facilement 

  • Cales de dilatation à insérer entre le parquet et les murs ou tout obstacle afin d’assurer un maintien constant du jeu et permettre une dilatation ultérieure du parquet.  

Les outils pour découper et mesurer 

  • Scie sauteuse pour procéder aux découpes autour d’obstacles. Cet outil peut avoir des lames à dentures inversées permettant d’éviter les éclats sur le parement des lames. A défaut, il faut couper à l’envers.  
  • Guillotine pour la découpe des grandes surfaces avec précision et la garantie zéro poussière. 
  • Équerre et fausse équerre pour un retraçage précis des coupes. 
  • Mètre et crayon fin pour mesurer et tracer précisément les coupes. 

Les équipements de protection individuelle  

  • Masque de protection de voies respiratoires 
  • Gants de protection 
  • Lunettes de protection 
  • Protection auditive 
  • Vêtements de travail 

Comment poser le parquet flottant ?  

Ci-dessous les différentes étapes pour poser le parquet flottant : 

Etape 1 : Préparer la pose  

Cette étape consiste à préparer tous les outils nécessaires ainsi que la surface en vue de la pose du parquet flottant. Pour ce faire, il faut procéder à la vérification du support et ne pas hésiter à faire un ragréage si besoin pour que la surface soit parfaitement plate et sans défaut. Il faut aussi aspirer soigneusement le sol avant de poser le parquet. Comme le bois n’est pas uniforme, chaque lame présente des variations de couleurs et des nœuds différents. Pour que le rendu soit esthétique, il est recommandé d’ouvrir deux ou trois paquets de lames au moment de la pose et de les mélanger afin d’obtenir un assemblage harmonieux. Il faut généralement poser les lames dans le sens de la lumière. Si vous désirez agrandir visuellement une pièce, nous vous préconisions de les poser dans le sens le moins large de la pièce.

Poser du polyane  


Si le parquet flottant doit être posé sur une chape de béton ou sur un sol chauffant, il est impératif de procéder préalablement à la pose d’une sous-couche compatible (polyane), pour que le revêtement ne se dilate pas à cause des variations de température et des taux d’humidité. 

Il ne faut pas poser de film anti-remontées d’humidité sous peine de voir le parquet flottant se gondoler dès le premier hiver suivant la pose. Pour l‘appliquer sur le sol, le procédé est assez simple : les lés doivent se chevaucher de plus ou moins quinze centimètres et les raccords sont scotchés à l’aide d’adhésif compatible. Pour que le tout soit bien étanche, le film doit remonter le long des murs puis masqué par la pose de plinthes.  

Poser une sous-couche 


Parmi les étapes préliminaires à la pose du parquet flottant, il y a la pose d’une sous couche dont le prix varie de 1 à 7€ dans le commerce. Cette sous couche est très importante car elle garantit une isolation acoustique et thermique. Pour ce faire, il faut respecter certaines préconisations, notamment de veiller à ce que le sens de la pose se fasse perpendiculairement aux lames du parquet, faire attention au recouvrement et au jointement. 

Il faut éviter de poser la sous couche trop rapidement et faire attention à ce qu’il n’y ait pas de pliure en la maniant avec précaution. Si possible, il faut la fixer au fur et à mesure de l’avancement du parquet afin d’éviter de l’abîmer en marchant dessus. A noter qu’il existe deux types de sous-couche pour parquet flottant : les sous-couches en rouleaux à dérouler et les sous-couches en dalles à poser.   

Déterminer le sens de la pose  


Il est primordial de bien déterminer le sens de la pose pour assurer un rendu final harmonieux et une pose facilitée. En général, le sens des lames doit suivre la lumière de la pièce, autrement dit, elles doivent être perpendiculaires au mur qui comporte le plus de fenêtres.  

Pour poser le parquet flottant dans un couloir, il est nécessaire de mettre les lames parallèles à la longueur de celui-ci. Dans une pièce classique, il est plus facile de démarrer à la jonction de deux murs qui forment un angle droit afin que la pose soit parfaitement rectiligne et sûre.  

Dans le cas où la pièce présente des angles peu engageants, il est nécessaire de vérifier l’équerrage de la pièce. Pour cela, il faut se munir d’un cordeau à tracer pour retracer une ligne droite au sol perpendiculaire à l’un des murs, cela va permettre une pose optimale du parquet flottant.  

Etape 2 : Poser les lames de parquet

Pour cette étape, il faut commencer par un angle et lame par lame ou rangée par rangée (en fonction du modèle choisi). Il faut toujours repartir avec la chute, ce qui permet de croiser les joints de 15 cm au minimum. C’est ce que l’on appelle la pose flottante.  

Pour le parquet contre collé et le parquet massif, plusieurs poses sont possibles : soit la pose flottante ou la pose collée. Dans tous les cas, un bon support est nécessaire. Pour le parquet massif, on peut aussi recourir à une pose en lambourde : c’est une ossature en bois qui permet des niveaux sans avoir besoin de faire une chape ou simplement de pouvoir isoler entre les lambourdes.  

Etape 3 : Faire les découpes  

Il est nécessaire de reporter les découpes précisément sur les lames en y intégrant l’espace de dilatation. Le rendu final va dépendre de la capacité à manier la scie sauteuse et à prendre les mesures. Pour que la tâche soit plus aisée, il est possible d’utiliser un copieur de profil permettant de reproduire facilement les formes à découper.  

Passage de porte 

Pour faire les découpes sur le passage de porte, il faut mesure la longueur des plinthes à poser et les couper à la scie à dos. Pour réaliser les découpes d’angles, on doit utiliser une boîte à onglet puis encoller les plinthes avec de la colle à bois. Il faut les poser sur les murs en glissant des cales de dilatation entre la plinthe et le parquet afin que le bois se dilate bien.

Pour le parquet, il faut le découper soigneusement, au plus près du mur. Puis, nous vous conseillons d'ajouter un petit joint acrylique de finition, avec le ton du parquet pour une belle finition. Attention, il n'y a pas une couleur acrylique pour chaque couleur de parquet, donc l’acrylique ne rattrapera pas les ratés !

Enfin, il faut respecter un certain temps de séchage.

Passage de tuyau 

La pose du parquet flottant autour des tuyaux nécessite la prise de leur empreinte à l’aide d’un copieur de profil. Il faut glisser ce dernier autour des tuyaux pour marquer l’empreinte puis la reporter sur une lame à poser.  

  

Etape 4 : Poser les finitions  

Pour cette dernière étape, il faut enlever les cales de dilatation et couper le polyane et la sous-couche qui dépassent. C’est aussi en fin de chantier que les cales de dilatation doivent s’enlever. Le film de polyane doit être découpé au cutter, ainsi que la sous-couche si cette dernière apparaît 

Les joints de finition peuvent être utilisés pour masquer les éventuelles erreurs de coupes ou des zones impossibles à couvrir avec le parquet. Ces joints peuvent-être de la couleur du parquet, mais pas toujours ! Il se peut que vous ayez du mal à corriger les défauts.

 

Si après cet article, vous vous posez encore des questions sur la pose de votre parquet, n'hésitez pas à contacter notre entreprise de courtage en travaux afin que l'on vous vienne en aide.